Comment éliminer les pellicules naturellement? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Touchant près de 50 % de la population, les pellicules sont à la fois source de gènes et peu esthétiques. Même si les pellicules ne présentent aucune gravité, elles peuvent avoir un fort impact sur l’estime de soi et la qualité de vie. Problèmes capillaires qui touchent principalement les jeunes hommes, elles se soignent en général avec un traitement antipelliculaire. Il s’agit d’un dérèglement du phénomène naturel qu’est le renouvellement des cellules de la peau du cuir chevelu. Ce dérèglement est, dans la majorité des cas, dû à un déséquilibre séborrhéique. Il arrive cependant que les pellicules soient symptomatiques d’une pathologie profonde qui nécessite un traitement approprié. Comment s’en débarrasser ou éviter leur apparition. Mieux comprendre leur cause et leur formation vous permettrait de choisir un traitement adapté afin de vous en défaire.

Comment éliminer les pellicules naturellement? Les solutions

Tout comprendre sur les pellicules

Les pellicules sont ces petites particules qui viennent refaire la décoration de nos épaules et de nos capuches. Bouts de peau morte, également appelées squames, elles proviennent de la tête ou plus précisément du cuir chevelu. En définition simple, les pellicules sont une affection inoffensive et chronique qui apparaît lorsque le cuir chevelu est sec ou gras, et que celui-ci produit de fines lamelles de peau morte. Il s’agit d’un phénomène étroitement lié au processus de renouvellement des cellules épithéliales du cuir chevelu.

Il faut savoir que ce processus de renouvellement des cellules est un phénomène naturel, mais des éléments tendent souvent à dérégler ce processus. C’est à ce moment que les pellicules font leur apparition. Généralement, le renouvellement naturel des cellules se fait au bout de 4 à 6 semaines. Mais pour les personnes sujettes aux pellicules, ce cycle naturel est largement raccourci à 1 à 2 semaines. Les nouvelles cellules se forment ainsi plus rapidement, alors que les cellules mortes ne sont pas encore éliminées. Moins desséchées et influencées par la sécrétion de sébum, les cellules mortes s’accolent aux nouvelles cellules. De fait, des squames se forment, ainsi qu’une sensation de démangeaison ou d’irritation.

Pellicules sèches ou pellicules grasses ?

Les pellicules sont la manifestation d’une irrégularité ou d’un trouble dans la formation de l’épiderme, au niveau du cuir chevelu. D’une part, du fait de l’accélération de la formation de cellules, celles qui sont mortes, et qui remontent à la surface, n’ont pas de temps pour perdre leur eau et se durcir. D’autre part, l’irrégularité séborrhéique peut aussi être à l’origine de la formation des pellicules. Suivant ces critères, les pellicules peuvent être qualifiées comme sèches ou grasses.

Les pellicules sèches

Les pellicules sèches se reconnaissent surtout par leur couleur blanche et leur taille assez grande. Facilement visibles à l’œil nu, elles se présentent comme des parties de la couche cornée du cuir chevelu. De forme plate, ces pellicules se détachent spontanément, toutefois, leur formation s’accompagne d’une démangeaison désagréable. Face à cela, nous sommes souvent tentés de décoller les pellicules avec un peigne tout en soulageant les démangeaisons. C’est pourtant ce qu’il faut éviter au maximum, car cela peut provoquer une irritation du cuir chevelu. Cette irritation provoque encore plus l’accélération de la division cellulaire, et donc du phénomène de formation des pellicules.

Les pellicules grasses

Les pellicules grasses sont, quant à elles, de forme plus petite et ronde. Du fait qu’elles sont grasses, ces pellicules ont une couleur plus jaunâtre et restent collées au cuir chevelu. Ce type de pellicules s’accompagne également d’une démangeaison désagréable. Dans le cas des pellicules grasses, le principal facteur est la sécrétion de sébum. Ce type de pellicules touche ainsi principalement les personnes qui ont une chevelure de type gras. L’excès de sébum permet à un microorganisme ou un champignon de sévir sur le cuir chevelu. Se nourrissant de sébum, celui-ci sécrète une substance qui irrite le cuir chevelu, amenant ainsi à la formation de pellicules, voire la chute de cheveux.

Quelles sont les vraies causes de pellicules ?

Dans tous les cas, la formation de pellicule est le résultat du dérèglement de la régénération ou du renouvellement cellulaire du cuir chevelu. En temps normal, le renouvellement cellulaire prend environ 21 jours. Pendant la deuxième moitié de cette période, la cellule morte en surface se dessèche et se détache du cuir chevelu pour tomber spontanément. Pourtant, le dérèglement de ce processus raccourcit ce temps en moyenne à 9 jours.

Plusieurs éléments peuvent causer ce dérèglement, à commencer par le trouble hormonal. C’est d’ailleurs la raison la plus récurrente qui fait que ce sont les adolescents et les jeunes qui souffrent souvent de pellicules. Le dérèglement du processus de renouvellement cellulaire peut également être causé par des inflammations ou une irritation du cuir chevelu. Ce cas peut être causé par un manque d’hygiène, une utilisation de shampooing ou de produit qui pourrait irriter ou agresser le cuir chevelu. Dans la majorité des cas, à cause d’une inflammation ou d’une irritation, les glandes sur le cuir chevelu sécrètent beaucoup plus de sébum : c’est ce que l’on désigne par « séborrhée ». Ce phénomène est également à l’origine de la formation de pellicules.

Qu’en est-il du pityriasis ?

Pour expliquer ce que ce terme à avoir avec les pellicules, il faut d’abord comprendre ce qu’est que le pityriasis ou pityrosporum.

Il s’agit d’un microorganisme présent naturellement sur le cuir chevelu. C’est le Malassezia Globoza, en référence à Louis-Charles Malassez, scientifique qui l’a découvert. Également appelé pityrosporum, ou communément pityriasis, ce champignon vit sur le cuir chevelu et se nourrit de sébum. Il s’agit d’un des nombreux microorganismes composant la flore naturelle commensale des humains. Il faut pourtant savoir que ces champignons peuvent, dans certains cas, devenir des agents pathogènes et nuire à la santé d’une personne. C’est le cas du pityrosporum ou pityriasis.

Se nourrissant du sébum sécrété par les glandes de l’épiderme, ce champignon émet par la suite une substance qui irrite le cuir chevelu. En réponse à ces irritations, le cuir chevelu secrète encore plus de sébum et l’organisme accélère également le renouvellement et la régénération cellulaire. Cela entraîne l’accélération du processus de desquamation des cellules mortes, favorisant ainsi l’apparition des pellicules.

Des facteurs aggravants

Il faut également noter que certains éléments peuvent aggraver l’apparition des pellicules ou contribuer au phénomène. Parmi les facteurs avancés par les spécialistes figurent les différents états émotionnels, à savoir l’anxiété, la dépression, la sollicitation trop importante du corps, le surmenage, le burnout. En somme, tout ce qui est en rapport au stress, physique comme psychologique, peut contribuer à aggraver encore plus vos problèmes de pellicules.

Selon les chercheurs, le stress est surtout en cause dans le cas de pellicules liées à un type de dermatose courante : la « dermite séborrhéique ». Bien que l’état émotionnel ne soit pas la première cause de l’état pelliculaire de la personne, le stress contribue à aggraver le cas.

Il existe également d’autres critères que l’on doit prendre en compte, et qui peuvent aggraver l’état pelliculaire, ou faire de la personne un terrain facile pour les pellicules. Il s’agit notamment de l’hérédité, l’excès de sébum, la nervosité, les problèmes digestifs, les problèmes de foie, le dérèglement hormonal, la mauvaise hygiène capillaire, l’utilisation de shampooings trop agressifs…

D’autres formes de pellicules ?

Il faut savoir que d’autres formes de pellicules peuvent être causées par une infection, un parasite ou encore une maladie. Les pellicules ne sont ainsi que le symptôme d’un mal profond dont il faudra s’occuper pour se débarrasser des pellicules :

• La teigne, tout comme les poux, est un parasite qui s’accroche au cuir chevelu. Touchant principalement les enfants, la teigne peut s’attraper à l’école ou au parc lorsque votre enfant joue avec d’autres enfants qui en ont. Contrairement aux poux, la teigne provoque de grosses pellicules qui se démarquent par leur aspect infecté. Elle entraîne également une importante démangeaison.

• Le psoriasis est, quant à lui, une maladie auto-immune correspondant à une réaction défensive de l’organisme. Il s’agit toutefois d’une réaction trop excessive du système de défense de l’organisme. Cela relève surtout d’agressions externes comme l’environnement, les produits trop irritants…

Il est ainsi important, dans le cas où la forme des pellicules vous est inhabituelle, de consulter directement un dermatologue. Seul ce professionnel peut statuer sur un diagnostic précis et vous prescrire des soins adéquats. Il faut en effet savoir que les traitements qui ne sont pas adaptés peuvent entraîner encore plus de dégâts sur votre cuir chevelu.

Diagnostic, traitement et prévention ?

Le diagnostic

Il est facile de réaliser soi-même le diagnostic des pellicules. En effet, il n’existe que quelques symptômes pour déterminer s’il s’agit de pellicules ou non.

• Est-ce que votre cuir chevelu vous démange ?

• Votre cuir chevelu est-il sec ?

• Est-ce que vous sentez qu’il est parsemé de squames ?

Toutefois, bien que vous puissiez vous-même évaluer ces points, il est toujours nécessaire de faire le point chez un dermatologue, ou du moins un professionnel pour traiter les pellicules. Dans le cas de pellicules grasses, qui sont surtout attribuées à un champignon, seul un dermatologue peut vous prescrire un traitement adapté.

Comment prévenir les pellicules ?

Il est tout à fait possible de limiter, voire de prévenir l’apparition des pellicules à travers de simples gestes du quotidien. Le tout est de savoir veiller à son hygiène de vie.

• La première chose à faire est de garder une meilleure hygiène de vie, en commençant par avoir une alimentation saine. Selon les études, une consommation trop importante de sucre ou de glucide ferait de votre cuir chevelu un terrain propice au développement du champignon qu’est le pityriasis. A contrario, si votre alimentation est riche en vitamines, elle contribuera à assainir le cuir chevelu et à calmer les irritations. Apporter une dose équilibrée de vitamine B6 est également pratique pour apporter les nutriments nécessaires au bon maintien de l’équilibre du cuir chevelu.

• La seconde chose à faire, si vous êtes un terrain favorable à l’apparition des pellicules, est d’éviter autant que possible la consommation d’alcool et de tabac. Selon les recherches et les observations, les personnes qui en consomment sont facilement attaquées par les pellicules.

• Il faut savoir qu’une hygiène équilibrée des cheveux est aussi une des solutions de prévention des pellicules. Toutefois, quelques précautions sont à prendre pour cela, à commencer par la température de l’eau que vous utilisez. À la différence de l’eau chaude ou de l’eau froide, l’eau tiède est l’idéal pour se laver les cheveux. Pour le rinçage, utilisez plutôt de l’eau froide.

• Évitez les brushings trop agressifs. Sachez qu’un brushing ou un sèche-cheveux doit toujours être maintenu à au moins 20 cm du cuir chevelu pour ne pas l’agresser. Plus encore, il est important de régler votre sèche-cheveux sur la température la moins chaude.

• Vous aimeriez passer à la coloration ? Ce n’est pas une mauvaise chose, tant que vous prenez soin de bien choisir le produit de coloration à utiliser. Optez autant que possible aux produits qui n’agressent pas votre cuir chevelu, et espacez les traitements d’au moins 15 jours. Cela permettra à l’épiderme de se remettre du premier traitement.

• De nombreuses personnes aiment utiliser des gels coiffants ou des laques pour maintenir leur coiffure en place. Il ne faut pourtant pas utiliser ces produits trop souvent, notamment ceux qui contiennent de l’alcool. L’alcool dessèche rapidement les cheveux et le cuir chevelu, ce qui forcera votre organisme à sécréter plus de sébum.

Il y a également des habitudes à adopter pour faire en sorte que votre cuir chevelu soit en meilleure santé afin d’éviter l’apparition de pellicules :

• Quand vous vous lavez les cheveux, pensez à bien masser le cuir chevelu sans frotter au moment de l’application du shampooing. Le massage du cuir chevelu permet d’une part aux actifs du shampooing de pénétrer l’épiderme et atteindre les racines de vos cheveux. Mais, d’autre part, cela permet également de détendre le cuir chevelu et stimuler la circulation sanguine.

• Pensez également à faire respirer le cuir chevelu au quotidien. Ainsi, lorsque vous portez un bonnet, une casquette ou un chapeau, évitez de trop serrer ou de trop étouffer les cheveux.

• Avant chaque utilisation de vos accessoires à cheveux, pensez à bien nettoyer ceux-ci pour éliminer le reste de sébum, et surtout des particules de peau et d’éventuelles bactéries. Un simple lavage à l’eau savonneuse suffit pour nettoyer vos brosses, vos peignes, les élastiques ou les barrettes.

• Évitez par tous les moyens de vous gratter le cuir chevelu, que vous ayez des pellicules ou non. Sachez que le cuir chevelu est très fin et peut facilement être irrité et comporter des microlésions. Certes, il ne s’agit que de microlésions, et pourtant elles favorisent l’accélération de la régénération cellulaire, et donc l’apparition des pellicules.

Comment traiter les pellicules ?

Les personnes qui ont des pellicules, qu’elles soient grasses ou sèches, sont souvent tentées de se laver les cheveux plus fréquemment que d’habitude. Certes, c’est une façon de se débarrasser des pellicules présentes dans les cheveux. Mais cette solution ne vous permettra pas d’en être débarrassé une bonne fois pour toutes. Au contraire, avoir le cuir chevelu trop sec est encore plus un terrain propice à l’apparition de pellicules.

Pour traiter proprement les pellicules, il faut parvenir à une hydratation équilibrée du cuir chevelu pour qu’il n’y ait pas trop de sébum, ou au contraire un dessèchement total. De fait, se laver les cheveux avec un bon shampooing, à raison d’une à deux fois par semaine, serait l’idéal. Pensez également à bien choisir le shampooing à utiliser, pour qu’il soit adapté autant à vos cheveux qu’à votre cuir chevelu. Dans le cadre du traitement des pellicules, certains ingrédients sont à privilégier :

• Le zinc pyrithione : cet actif est à la fois un antibactérien et un antifongique efficace. Il est surtout reconnu pour contrer la croissance de champignons, comme le malessezia. Cet actif est d’ailleurs utilisé pour les personnes qui ont des problèmes d’odeur de pieds, à cause des champignons.

• L’acide salicylique : il s’agit d’un actif dont les effets kératolytiques permettent de dissoudre rapidement les squames. L’action de cet actif permet de décoller et d’éliminer rapidement la couche de kératine présente à la surface de la peau.

• Le goudron de houille : C’est un actif dont les effets anti-inflammatoires sont éprouvés et permettent de ralentir le processus de renouvellement cellulaire du cuir chevelu.

• Le kétoconazole : Il s’agit d’un antifongique dont les effets positifs sur les champignons et les levures sont inouïs. Cet actif permet de parer efficacement aux actifs de la malessezia.

Il existe également des ingrédients naturels qui permettent de retrouver un cuir chevelu normal, sain et ayant un bon équilibre. C’est le cas de la bière ou du vinaigre de cidre, qui s’utilisent généralement dilués dans de l’eau froide pour les soins de rinçage. Il y a également l’argile blanche, qui peut s’appliquer en masque au niveau des racines de vos cheveux. Une synergie d’huiles essentielles de genévrier, de cèdre, ou de lavande vraie permet également de traiter les cuirs chevelus en proie aux pellicules.

Les soins phytothérapiques

Bien qu’ils ne soient pas très connus, les soins phytothérapiques permettent de traiter convenablement les pellicules. Plus encore, ces soins permettent à la fois de traiter et de prévenir l’apparition des pellicules. C’est surtout le cas de certaines plantes dont les vertus purifiantes et assainissantes sont réputées. Ces plantes sont pour la plupart utilisées dans la composition de shampooing et de lotions traitantes.

Voici quelques-unes de ces plantes :

• Le thym rouge d’Espagne, qui a des vertus anti-irritantes et assainissante ;

• Le myrte, dont la forte teneur en polyphénols permet une action antipelliculaire, tout en assainissant le cuir chevelu ;

• La capucine est réputée pour son efficacité contre les pellicules sèches ;

• Le sabal Serrulata, qui agit sur le processus de sécrétion du sébum, évite l’excès séborrhéique ;

• L’ortie blanche s’utilise généralement dans les soins antipelliculaires et les soins purifiants.

Les soins aromathérapiques

Les soins naturels sont les plus conseillés dans le cadre du traitement des pellicules. En plus du fait de ne pas avoir d’effets secondaires, ces soins sont pour la plupart très efficaces. Il s’agit principalement de soins et traitements à base d’huiles essentielles. Ces soins permettent d’ailleurs de traiter autant les cheveux gras que les cheveux secs. Il est toutefois nécessaire de toujours demander des conseils à son pharmacien ou à un professionnel avant l’utilisation de ces produits.

• L’huile essentielle de Tea tree : Cette huile essentielle est recommandée dans les soins antipelliculaires et pour les soins préventifs. Pour l’utiliser, il suffit d’en rajouter quelques gouttes dans votre lotion ou dans votre shampooing habituel. Les effets de cette huile essentielle permettent de contrôler l’infection due aux champignons comme le pityriasis.

• L’huile essentielle de romarin à cinéole : Cette huile essentielle est riche en antioxydants et aide les cellules en les protégeant des différents dommages provoqués par les radicaux libres. Elle protège également de l’action de certains composants agressifs des shampooings et colorations pour cheveux. Enfin, son action purifiante et assainissante apaise le cuir chevelu et limite l’apparition des pellicules.

• L’huile essentielle d’eucalyptus globulus : Connue pour ses effets anti-infectieux, cette huile essentielle est idéale pour les pellicules de types grasses. Elle agit à la fois pour prévenir et limiter les infections à cause du champignon Malessezia. Cette huile essentielle agit également dans la régulation de la sécrétion de sébum sur le cuir chevelu. Plus encore, son arôme frais permet d’apaiser les tensions psychiques et ainsi de réduire le stress qui est également à l’origine de l’excès séborrhéique.

Conclusion

Bien que les pellicules soient une affection bénigne et sans complication, elles peuvent toutefois être désagréables. Elles peuvent même détériorer largement la qualité de vie d’une personne qui en souffre. Avoir des pellicules dans les cheveux peut vite devenir gênant et être source de mal-être pour une personne. Il est pourtant possible de prévenir leur apparition en adoptant une bonne hygiène de vie. Par ailleurs, si vous souffrez déjà de pellicules, plusieurs traitements sont possibles comme les shampooings spécifiques ou les soins naturels à bases de plantes ou d’huiles essentielles de plantes.

Blog